top of page

Etre français.


Tout homme de culture a deux patries : la sienne et puis la France.


Thomas JEFFERSON, un des Pères fondateurs, puis Ambassadeur à Paris et enfin Président des Etats-Unis d'Amérique.


En Belgique après les élections législatives du 13 juin 2010, un gouvernement a seulement été formé le 6 décembre 2011.


Pour tout belge s'est posée la question d'une disparition de la Belgique. Aussi, le belge francophone que je suis, Bruxellois à l'époque et originaire de Liège,- ville qui fête le 14 Juillet et très éventuellement le 21 juillet, date de la fête nationale belge-, a-t'il demandé à deux amies françaises, universitaires, cultivées, intelligentes, de gauche et fonctionnaires dans des institutions européennes ce qu'elles pensaient d'un rattachement de la Wallonie et éventuellement de Bruxelles à la France dans le cadre d'un éclatement éventuel de la Belgique ?


La réponse a été simple : NON. Pourquoi ? Les Wallons ne sont pas français. Certes, mais pourquoi ne pourraient-ils pas le devenir ? Une de ces amies m'a expliqué que les marques françaises, par exemple, SFR, Casino, Auchan n'étaient pas suffisament ou pas du tout représentées en Wallonie et donc que les Wallons ne pourraient pas s'adapter au mode de vie français. Le système de sécurité sociale français est aussi très différent. L'autre a eu une réponse plus cohérente: non seulement le système de sécurité sociale français est profondément différent, mais le système de sécurité sociale belge est tellement laxiste que l' application du système français en Wallonie amènerait à un changement parfaitement inacceptable pour la population locale.


Si l'on trouve ces réflexions particulièrement absurdes,- ce qui est mon cas-, souvenons-nous quand même des Jeux Olympiques de Londres en 2012. Lors de la cérémonie d'ouverture, le Royaume-Uni, c'était la Reine Elisabeth II, James Bond et évidemment le National Health Service.


La définition d'un pays par son système de sécurité sociale est vraiment une caractéristique de la fin du XXème siècle. Un bref rappel historique : la sécurité sociale n'existe dans les pays occidentaux qu'à partir de la fin de la Deuxième Guerre mondiale, et en France à partir de l'Etat français de Vichy.


Or, on n'en était pas moins français en 1850 sans sécurité sociale ou du temps de Louis XV ...


****


La question de l'identité française qui taraude le monde politique français a trois réponses politiques fondamentales.


La réponse éventuellement de la gauche et surtout de l'extrême gauche est que la France n'existe pas et que l'identité française est une construction particulièrement théorique. La France, c'est la République. C'est un système de valeurs universelles : la déclaration des Droits de l'Homme et du Citoyen. Le Français n'existe pas, seulement le franchouillard avec un béret, une baguette, un camembert et un litron de vin. Ce système de valeurs universelles s'est transformé avec le temps. Cela est devenu une société qui se doit d'être multicurelle, non-discriminante, où chacun vient avec son comportement : le voile ou même le niqab par exemple et est accepté au nom du droit à la différence.


Pour la droite et surtout, l'extrême droite ou celle qualifiée comme telle, héritière ou non du fascisme et du nazisme, être français, c'est faire partie de la nation française. Ce nationalisme est soit exclusif, soit inclusif.


Il est exclusif s' il est à la mode fasciste. Etre français, c'est penser avec le sang de sa nation. On est allemand parce que l'on est aryen. On n'a pas d'ancêtres juifs ou tsiganes. On n'est pas non plus allemand si l'on appartient à des races inférieures, noires, jaunes ou slaves.


Il est modérément inclusif s'il est à la mode gaullienne. Pour Charles de Gaulle, en effet," c'est très bien qu'il y ait des Français jaunes, des Français noirs, des Français bruns. Ils montrent que la France est ouverte à toutes les races et qu'elle a une vocation universelle. Mais à condition qu'ils restent une petite minorité. Sinon, la France ne serait plus la France. Nous sommes quand même avant tout un peuple européen de race blanche, de culture grecque et latine et de religion chrétienne. Qu'on ne se raconte pas d'histoires ! Les musulmans, vous êtes allés les voir ? Vous les avez regardés avec leurs turbans et leurs djellabas ? Vous voyez bien que cela ne sont pas des Français ! "


Il est inclusif lorsque Donald TRUMP explique que tout le monde est américain ou peut devenir américain : noir, jaune, blanc, amérindien, latino-américain à partir du moment où il est un citoyen américain ou s'il est légalement sur le sol américain et prête serment comme citoyen à la Constitution américaine.


Il est aussi inclusif lorsqu'Ernest RENAN explique qu'être français, c'est vouloir appartenir à la nation française.


La troisième réponse consiste à considérer que la France n'existe pas. Il n'y a pas de culture française dixit Emmanuel MACRON. La France n'est pas un pays de tradition chrétienne, particulièrement catholique. C'est tout simplement un territoire où des individus divers provenant de cultures différentes cohabitent. Ils pourraient vivre à Shanghai, à Singapour, à Londres, à Berlin ou à Moscou. Ils sont par hasard à Paris ou à Marseille. La France devrait être un Etat fédéré des Etats-Unis d'Europe, organisé sur un mode jacobin. C'est la vision notamment de l'actuel Président de la République française, Emmanuel MACRON.


Plus globalement, la France, c'est la République. Cela signifie que si la France était restée une monarchie constitutionnelle, comme la Belgique, les Pays-Bas, le Royaume-Uni ou la Suède, elle ne serait pas française. Pour un Belge, c'est vraiment comique comme réflexion politique fondamentale.


Néanmoins, le nationalisme est une idée politique exécrable puisqu'il interdit à un individu de faire quelque chose parce qu'il n'est pas un national. Par exemple, une femme française ne devrait pas porter une burqa dans l'espace public au nom de la laicité. Un flamand ne devrait pas pouvoir étudier dans une école bilingue financée par la Communauté flamande car cela mettrait à mal le rayonnement de la langue néerlandaise.


Le nationalisme conduit-il à la guerre comme l'exprimait François MITTERAND ? Nécessairement, comme tout collectivisme, comme le racisme ou le socialisme.


Peut-on définir une identité française sans recourir à la notion de nation ? Evidemment, puisque le nationalisme est une idéologie politique récente. Elle date de la Révolution française. Avant, on était français parce qu'on était sujet du Roi de France. Après, on serait français parce qu'on est citoyen français. Cette notion de citoyenneté, purement juridique, est d'ailleurs ce que pense l'immense majorité des intellectuels, des journalistes et des juristes français. On est français parce que l'on a un passeport français. C'est incontestable. Mais, cela ne donne toujours pas une identité française, sinon Salah Abdesalam, le terroriste de l'Etat islamique et tous ceux qui sont allés combattre en Syrie ou qui auraient bien aimé le faire ou qui ont de la sympathie pour cet Etat dit islamique seraient non seulement citoyens français mais auraient une identité française.


Cela n'est pourtant vraiment pas compliqué de considérer qu'être français, ce n'est pas seulement avoir un passeport français, mais c'est aussi avoir une identité française, c'est se sentir français.


Etre français, c'est parler français. C'est se reconnaître dans les paysages, dans la gastronomie, dans la littérature dans la musique et dans la chanson françaises. Il y a une culture française. Il y a un mode de vie français. Il y a un type de rapport entre hommes et femmes français. Il faut aussi reconnaître que c'est en voie de totale disparition.


En effet, la littérature, la cuisine, la chanson, les comportements perdent leur spécificité sous les coups de boutoir du monde extérieur. Les nouveaux genres musicaux sont créés aux Etats-Unis. La cuisine du monde entier est copiée dans les restaurants italiens, espagnols, chinois, japonais qui s'ouvrent au coin de la rue à Paris. Le comportement au travail est dicté par des normes importées à nouveau des Etats-Unis, particulièrement si l'on travaille dans une société multinationale américaine.


Il y a aussi un rapport avec la politique typiquement français. Les Français adorent discuter de manière très affirmée de leurs opinions et de leurs dirigeants au café ou à la table familiale. Ils veulent également une uniformité de traitement dans tout le territoire. On exprime cela par l'idée du jacobinisme. Alexis de Tocqueville l'a montré brillament dans l'Ancien régime et la Révolution. Cette révolution n'aurait rien changé fondamentalement au fonctionnement du pouvoir. L'Intendant de l'Ancien Régime a été remplacé par le Préfet. Le caractère profond du Français est en effet la recherche éperdue de l'égalité réelle tempérée par un respect en diminution constante pour le diplôme et le concours.


La devise : Liberté, Egalité, Fraternité devrait être modifiée en Egalité réelle, Liberté si cela ne remet pas en cause cette égalité réelle et le moins possible de Fraternité. Pourquoi ? Parce qu'une grande partie de la population française vit dans une atmosphère d'envie. Il faut non seulement que mon voisin ne vive pas mieux que moi, mais même je prèfère vivre plus mal à la condition que tout le monde vive plus mal.


Il est inimaginable d'avoir en France un Président de la République milliardaire comme aux Etats-Unis ou un Premier Ministre d'origine indienne comme au Royaume-Uni. Cela impliquerait que cette population française reconnaisse que le destin que l'on a, on se le crèe essentiellement par ses efforts.


En d'autres termes, être français, c'est avoir des comportements et des idées typiquement françaises sur la manière de vivre, de se nourir, de se cultiver, de s'amuser. C'était, et ce ne l'est plus, être cultivé et rechercher une douceur de vivre dans un pays particulièrement beau et accueillant.


La mentalité distillée par les soi-disant progressistes français faite de ressentiment et de haine des riches et du succès a été profondément assimilée par les nouveaux arrivants. Cela conduit notamment à des phénomènes comme les émeutes de Juillet 2023. Mais ce n'est évidemment pas la seule explication. La religion musulmane est collectiviste, l'Oumma. Elle est antilibérale : la Soumission à la volonté d'Allah est obligatoire. La Foi doit liquider la rationalité. De nombreux musulmans dans un pays occidental, cela ne peut pas être un long fleuve tranquille.


Mais, si la France avait conservé un mode de vie assimilationiste tirant vers le haut, la situation serait très différente tant pour les Français d'origine que pour ceux qui viennent d'arriver ainsi que leurs enfants et petits-enfants.


On ne peut que souhaiter aux Français une révolution profonde de leur mentalité et une redécouverte des meilleures spécificités françaises : le goût du beau, la douceur de vivre, la civilité et la politesse ainsi que le piquant des jeunes filles et des femmes dans la rue ..


Cela ne peut évidemment pas s'imposer par des lois, des décrets et des expulsions d'étrangers puisque c'est la population d'origine qui doit changer pour redevenir essentiellement ce qu'elle était.

1 vue0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page