top of page

Deux voyages en Californie.

Dernière mise à jour : 5 oct. 2023


La côte californienne à hauteur de Carmel en février 2023.


En 1980, j'ai passé un mois aux Etats-Unis avant de rejoindre mon premier emploi stable : secrétaire d'administration au Ministère belge des Affaires étrangères. J'ai terminé mon périple par la Californie : San Diego, Los Angeles et San Francisco.


Comme souvenirs forts, l'émerveillement face au climat de la Californie du Sud, face aussi aux filles particulièrement belles ainsi que l'ahurissement face aux obèses dans les bus Greyhound. Il y avait un contraste frappant entre une partie de la population particulièrement jeune, belle et respirant a priori la joie de vivre sur les plages de San Diego ou de Venice Beach à Los Angelès et un nombre incroyable d'obèses et de laissés pour compte. La drogue, le hashish par exemple, était ausi malheureusement omniprésente. Le paradis avait déjà une faille.


43 ans après, en février 2023, le contraste est encore plus fort. Le coût de la vie est incroyable : se loger dans un endroit agréable au bord de l'océan, à San-Diego par exemple, est particulièrement onéreux : 2-3.000 dollars par mois pour un appartement. Une voiture est toujours indispensable. Elle va devenir très coûteuse car obligatoirement électrique. Les soins de santé privés sont hors de prix. Les soins de santé publics sont gratuits pour les malades, financièrement très élevés pour les finances publiques et chaotiques, même si probablement nettement meilleurs qu'au Royaume-Uni, en Espagne ou en Italie par exemple. L'habillement et la nourriture sont par contre bon marché. Et les salaires sont particulièrement élevés.


Les SDF sont partout et très nombreux. D'où viennent - ils ? Ce sont des drogués en fin de course.


A San-Francisco, j'ai vu un mini super-marché sans caissier et une voiture sans chauffeur de Wymo, filiale de Google. A terme, les caissiers vont donc disparaître comme les chauffeurs de taxi, de bus et de cars. Une révolution extraordinaire est en marche.


C'est une société extrèmement dynamique et particulièrement instable. Ce n'est pas qu'il y ait une croissance des inégalités. C'est surtout une difficulté de plus en plus grande pour les ouvriers, les employés ou les indépendants modestes de vivre normalement, comme on pouvait le faire, notamment il y a 40 ans.


Pour être excellent et faire face à ses échecs, le recours aux drogues légales ou illégales est particulièrement répandu. Le mode de vie rend les américains, et particulièrement, les Californiens, vulnérables aux aléas de la vie, faute d'épargne. On va de mois en mois avec son salaire, sans un dollar d'économie.


Politiquement, la Californie est un état fédéré à parti unique, démocrate. Leurs dirigeants sont corrompus jusqu'à la moelle : par exemple, Nancy Pelosi, élue de San-Francisco, Présidente de la Chambre des Députés des Etats-Unis ou Gavin Newson, le Gouverneur de la Californie. Il suffit de rechercher dans Google : Nancy Pelosi's corruption ou Newson's corruption. En 1980, Ronald Reagan, ancien gouverneur de Californie et Républicain allait se faire élire Président des Etats-Unis.


La Californie est aussi en faillite. Les charges pour les pensionnés actuels et futurs de l'Etat californien sont hors de contrôle. Les finances publiques sont dans un état lamentable.


Pour lutter contre le réchauffement climatique, des politiques particulièrement onéreuses et donc stupides sont menées qui conduisent à une perte incroyable de substance économique.


Mais, surtout, y règne une atmosphère pesante de conformisme politique "woke" (éveillé). Un juge d'appel fédéral conservateur de San-Francisco n'a pas pu s'exprimer devant une audience d'étudiants juristes de l'Université Stanford, particulièrement célèbre et de haut niveau. Les grandes compagnies technomogiques, GAFAM, imposent une vison politique particulièrement uniforme. La directrice financière de Google a pleuré après l'élection de Donald Trump. Un ingénieur de Google a été mis à la porte parce qu'il a exprimé l'idée que les mâles blancs hétérosexuels devaient être traités comme tout le monde. Sans compter des cours de rééducation obligatoires à la mode maoiste où l'on doit faire son autocritique d'être un raciste systémique enclin au harcèlement sexuel parce que mâle blanc et hétérosexuel ..


Le pire est néanmoins la volonté acharnée d'abaisser tout le monde à un niveau particulièrement bas. Ainsi, comme à Cambridge (Massachussets), siège de l'Université Harvard et du M.I.T, tout le système public d'éducation californien rend optionnel l'étude de l'algèbre et de la géométrie plane et analytique. Pourquoi ? Parce que certains étudiants ne peuvent pas suivre. Donc, tout le monde doit être mis à un niveau identique très bas. C'est justifié moralement parce que les afro-américains ne sont par exemple globalement pas très bons. Donc, ils sont nécessairement victimes du racisme, d'un racisme systémique.


En plus, les afro-américains, en tant que descendants d'esclaves, auraient droit à des réparations à payer par les habitants actuels des Etats-Unis, de San-Francisco alors que les dits habitants de San-Francisco peuvent être des immigrés récents de pays scandinaves qui n'ont colonisé personne depuis le X ème siècle ou de coolies chinois particulièrement maltraités au XIXeme siècle.


Jean-Francois REVEL a écrit en 1970 Ni Marx, Ni Jésus sur son expérience en Californie. Il voyait une révolution en marche avec un combat pour l'égalité réelle des sexes et des races. Jésus revient en force dans le Sud. Et un Marx transformé en religion écologiste "woke" s'impose en Californie. Cette nouvelle religion ecolo-woke est une transformation du marxisme initial en marxisme culturel de l'Ecole de Francfort : Marcuse agrémenté des folies françaises de Derida et de Foucault pour finir dans un délire écologiste.


Les Etats-Unis et surtout la Californie, vont vers l'accomplissement de cette révolution prévue par Jean-François Revel : la recherche de l'égalité réelle. Il est difficille d'avoir une vision politique plus horrible . L'inégalité fait partie de la réalité. La nier est nier le monde dans lequel on vit. Pourquoi vouloir lutter contre l'inégalité ? Celle-ci, si elle est limitée par l'égalité devant la loi : the Rule of Law, permet un développement du niveau de vie, de la médecine, des arts particulièrement extraordinaire.


Le futur est intenable sauf révolution intellectuelle revenant sur les fondamentaux américains : liberté et recherche du bonheur terrestre dans une perspective de confiance en soi et de dynamisme. Celle-ci est vraiment peu probable vu le degré incroyable de haine de soi de la classe jacassante, les intellectuels en pantoufles et la pusallinimité de leurs opposants politiques conservateurs, unis sur un point fondamental : mettre fin à tout débat qui ne peut que géner leur ronron intellectuel.


L'avenir de la Californie, des Etats-Unis et donc du monde occidental est bien sombre. Cela est inéluctable faute d'avoir ridiculisé cette folie égalitariste et promu férocement un chemin adéquat vers un bonheur, certes individuel mais qui demande à presque tout le monde des qualités de courage intellectuel pour remettre en cause ses manquements et ses défauts.




10 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comentarios


bottom of page